Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog

Chronique n°3 - Du parking à la cabine d’essayage…

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Programme de l’après-midi : faire les magasins à la recherche du jean idéal. Partons à la conquête des belles enseignes de la mode.

Direction la ville. La Mercédès Coupé de mon assistante de vie garée sur une place pour les PMR rend les gens grognons. Leurs yeux lancent des éclairs. C’est un moment que j’aime particulièrement, je jubile. Pour eux, une telle voiture est synonyme de je-m’en-foutisme et de sans gêne. Et puis, deux jolies pépettes dans une telle voiture ne peuvent qu’être superficielles. Mais dès qu’ils aperçoivent mon véhicule en kit dans le coffre de la belle demoiselle grise métallisée, leur visage se décompose en un rictus d’excuse. Eh oui, la bienveillance peut parfois jouer de mauvais tours.

Puis mon assistante de vie et moi évoluons sur l’asphalte, les devantures des magasins attirent notre regard. Première constatation, les magasins de vêtements ne sont pas encombrés de fauteuils roulants. Pourquoi ? Il faudrait faire un sondage pour le savoir, me direz-vous. Moi, j’ai ma petite idée mais ce n’est pas le sujet de cette chronique.

D’abord, tout est question de stratagème. Dès que nous mettons nos deux pieds et nos quatre roues dans un magasin, nous nous efforçons d’examiner les passages les plus larges entre les portes-vêtements. Bon, allons-y ! Mon assistante de vie me pousse, deux mètres plus loin, nous sommes bloquées par un mannequin à la pointe de la mode. Reculons d’un mètre cinquante et tournons à gauche. Aïe, les roues de mon fauteuil volent quelques pulls en chemin : méthode très efficace pour un pickpocket inexpérimenté me diriez-vous. Une vendeuse vient à notre rescousse et, toute confuse, elle nous débarrasse de notre chargement. Au loin, j’aperçois un étal de jeans. Je me trémousse dans mon fauteuil car je veux les zieuter d’un peu plus près. Hum, très mal coupés ! Tissus de mauvaise qualité ! Ils ne valent même pas la peine d’être essayés.

De boutique en boutique, nous flânons mais nous n’avons toujours pas trouvé mon bonheur. Il faut dire que je suis très difficile et je sais ce qui me va ou pas. Surtout pas de vêtements larges, je déteste ! Les petits pantalons moulants, c’est mon kiff !

Ah voilà un magasin de jeans ! Le bonheur quoi… mais pas pour la Carte Bleue ! Je vois des merveilles que j’ai hâte d’enfiler. Une vendeuse nous guide vers la cabine d’essayage aménagé pour les PMR. Quel beau spectacle une fois le rideau tiré ! La cabine est encombrée de porte-manteaux, de balais, de cartons en tout genre. Vraiment accueillant ! Bon, il va falloir rentrer, et pour cela, débarrasser ce foutoir est la première chose à faire. La vendeuse, la mine déconfite, déverse la caverne d’Ali Baba au dehors pour libérer assez d’espace pour que mon assistante de vie et moi puissions nous faufiler à l’intérieur.

Maintenant, je ne vous parlerai pas de la séance d’essayage qui, soit dit en passant, est un moment certainement croustillant pour quelques-uns. Mais la mission de l’après-midi a été remplie : j’ai trouvé mon jean !

Je dédie cette chronique à Marianne, une de mes six assistants de vie… avec qui je peux mener ma vie avec enthousiasme… une femme charmeuse et intelligente… tout comme moi...

Voir les commentaires

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog