Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

2017-07-22T08:53:53+02:00

Extrait de Marie Chaussette : Les grandes vacances

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Je suis en vacances pendant cinq semaines. L’été, je le passe en compagnie de mes frères et sœurs. Les journées sont très chaudes. Nous restons le plus souvent à l’intérieur de la maison, sombre et fraîche, entre sieste et jeux.

Par un après-midi de canicule, les trois cadets de la famille sont à l’œuvre. Candice devient Blanche-Neige. Deux petits nains, Robin poussant mon fauteuil roulant, moi gesticulant, tournent autour de la table de la salle à manger en chantant : « Heigh-ho, Heigh-ho, on rentre du boulot ! ». Une chaumière en carton et quelques ustensiles et nous voilà au pays de la méchante sorcière.

Assises sur les marches en pierre, côté prairie, ma sœur et moi préparons de la soupe avec de l’herbe et de la terre dans une vieille casserole. Je touille avec un gros bâton, la soupe prend une couleur verdâtre. Puis nous allons dans notre cabane de tissus et de bouts de bois jouer à la marchande.

Sous le soleil matinal, Candice m’attrape par la ceinture de mon appareil pour me maintenir debout sur des patins à roulettes et nous voilà parties à faire des allers-retours sur le trottoir derrière la maison. J’aime la sensation de vitesse !

Candice veut montrer à sa copine Delphine comment elle me fait marcher. Les quelques pas incertains dans les herbes hautes finissent mal. Nous tombons toutes les deux, je me foule un poignet dans la chute.

Philibert, Elise et Angel vont à la pêche aux grenouilles. Ce jour-là, Angel porte un tee-shirt rouge tout neuf. Au bord de la mare, Philibert a la bonne idée de découper des bouts de tissu couleur sang qu’il noue au bout de sa ligne pour que les petites batraciennes gobent sur le vif. Ça mord ! Et hop, un coup de canne à pêche et les bestioles atterrissent dans le champ derrière eux. Elise et Angel courent les attraper avant qu’elles ne sautent plus loin. En début de soirée, nos trois compères rentrent à la maison, Maman s’étonne des trous dans le tee-shirt rouge qu’Angel a dû égratigner sur les barbelés. La bonne blague !

Après le dîner, nous sommes autour de la table de la cuisine à observer Philibert et Papa en train de préparer les grenouilles : prenant les pattes de derrière, ils les assomment sur le bord de la table, coupent la tête, les dépouillent, gardent les cuisses et les conservent au frigidaire. Le lendemain, Maman prend le relais, les farine et les accommode soit au beurre persillé soit à la crème fraîche. Ces spécialités culinaires de notre région sont succulentes.

Il n’est pas rare que je traverse les prés verdoyants ou monte aux arbres sur le dos de l’un de mes frères et sœurs. Je connais les griffes des barbelés lorsque nous nous faufilons en dessous. Je connais les éraflures et écorchures dues aux écorces des arbres. Je connais également les bonnes tasses dans la piscine municipale du village et ses hot-dogs pendant les journées de grosse chaleur.

 

Extrait pages 71-73, chapitre 9 "Grenouilles et Cléopâtre"

Voir les commentaires

2017-06-04T09:53:59+02:00

Salon Handica à Lyon - Jeudi 8 juin 2017

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Chères lectrices,

Chers lecteurs,

Notre Intrépide Marie Chaussette a eu trois ans le 16 mai 2017.

Un très bon anniversaire à ce roman qui continue à se vendre au gré de mes interventions auprès de divers publics tel que les étudiants en ergothérapie ou AMP et les élèves des Maisons Familiales et Rurales.

Je serai ravie de vous accueillir pour une séance de dédicaces le jeudi 8 juin 2017 à l'occasion du salon Handica qui se déroule à Lyon au parc des expositions Eurexpo.

Je vous attends à partir de 11h à la librairie du salon, au stand B54.

A bientôt.

Marie-Pierre

 

Voir les commentaires

2017-05-06T09:55:36+02:00

Lettre ouverte à l'attention de Mr Macron envoyée par courrier et par mail

Publié par Marie-Pierre Blanchet

                                                                             Montpellier, mai 2017

 

A l’attention de Monsieur Emmanuel Macron,

 

Je suis une femme de 43 ans, en situation de handicap moteur depuis ma naissance. Je travaille. Je suis écrivaine.

Cette lettre est un témoignage sur ce que je vis au quotidien et sur les problèmes que je rencontre dus à ma situation de grande dépendance physique qui nécessite un accompagnement dans tous les actes de la vie (prise des repas, aide à la toilette, au lever, au coucher, aux sorties, aux formalités administratives, etc.).

Depuis 18 ans je vis à domicile dans un logement social. J’ai fait le choix d’être autonome et libre de décider ce qui était bon pour moi. J’ai réussi grâce à ma force de caractère. La loi de février 2005 a été une belle avancée pour les personnes en situation de handicap mais de nombreux points sont à revoir, à modifier et en attente.

Actuellement, je vis avec l’AAH plus un complément de ressource, ce qui donne un peu plus de 900 € par mois. Ainsi, ces sommes me permettent juste de payer mes factures et de quoi subvenir à mes besoins. En effet chaque mois, cette somme est répartie entre :

- le loyer

- le gaz  

- l’électricité  

- l’assurance habitation

- le téléphone (fixe/mobile) et internet

- la mutuelle (le cumul de l’AAH et du complément est trop élevé pour obtenir la CMU).

Ainsi, mes dépenses mensuelles s’élèvent aux alentours de 550 €, donc il me reste autour de 400 € pour me nourrir, me soigner, me vêtir et mes loisirs.

Ma situation financière ne correspond pas à mes objectifs de vie ni à mon épanouissement personnel. Je pense que la citoyenneté d’un individu passe par sa vie sociale et culturelle, sa santé, son aspect physique et ses divers projets. Je refuse de rester enfermée chez moi et de me négliger faute de moyens financiers.

Aujourd’hui, je suis particulier employeur de sept assistants de vie qui se relaient jour et nuit pour m’accompagner au quotidien et dans mes projets. Toujours dans l’idée d’être autonome et indépendante, l’emploi direct est en adéquation avec mon projet de vie.

Ma philosophie est de ne pas subir mon handicap mais de vivre au mieux avec lui.

Sachez que les personnes en situation de handicap peuvent avoir un rôle actif :

- Si l’AAH est augmentée, elles pourront vivre plus dignement et auront plus de pouvoir d’achat. L’AAH est au-dessous du seuil de pauvreté, c’est INNACEPTABLE en 2017 ! Je trouve injuste de me restreindre pour finir mes fins de mois, alors que je suis dans l’impossibilité d’être salariée du fait de mon lourd handicap.

- L’AAH doit se pérenniser même si la personne en situation de handicap est mariée, je ne voudrais pas dépendre de mon mari financièrement.

- Depuis la mise en place de la PCH, j’emploie et gère directement des assistants de vie. Aujourd’hui, sept personnes en CDI à temps partiel sont auprès de moi afin que je mène ma vie comme je l’entends. Je suis fière d’être particulier employeur car grâce à mon handicap je donne du travail et je participe à la vie économique.

-  Depuis trois ans, je fais la promotion de mon premier roman sorti en mai 2014 qui relate les 10 premières années de ma vie. Intrépide Marie Chaussette est le titre de ce roman dont l’héroïne est une petite fille atteinte d’une IMC qui croque la vie à pleine dents grâce à sa volonté d’apprendre et à l’amour de sa famille. Mais ce travail ne me fait pas vivre.

La solidarité ne suffit plus, une augmentation de l’AAH serait bénéfique pour que toute personne en situation de handicap se sente considérée comme citoyenne à part entière. J’estime que les personnes atteintes d’un handicap ont un rôle à jouer dans l’économie française en créant des emplois tels que les auxiliaires de vie à domicile – métier pas assez valorisé – et le personnel soignant.

Je propose de vous rencontrer afin que vous ayez une vision sans filtre ou intermédiaire d’une citoyenne lourdement handicapée qui travaille mais qui ne parvient pas à vivre de son écriture.

J’espère qu’une réponse de votre part me parviendra. Veuillez agréer, Monsieur, mes sincères salutations.

 

                                                            Marie-Pierre Blanchet

 

Voir les commentaires

2017-04-02T14:21:41+02:00

Interventions - Printemps 2017

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Hier en début d'après-midi, j'ai demandé à mon assistante de vie, Audrey, de relever mon courrier à la boîte aux lettres.

Pour moi, une boîte aux lettres regorge toujours de surprises, qu'elles soient bonnes ou mauvaises.

Je grimace à la vue des factures à payer dans les plus brefs délais.

Je soupire à la vue des papiers administratifs qu'il faut remplir pour obtenir quelque chose à laquelle vous avez le droit de toute façon.

La France et ses papiers : toute une histoire !

Quand Audrey est revenue de la boîte aux lettres avec une grande enveloppe marron entre les mains, j'ai froncé les sourcils. Encore un dossier à remplir ?!

Eh ben non ! Une belle surprise m'attendait à l'intérieur de la grande enveloppe.

Je découvris une photo de classe des élèves de première pro session Service aux Personnes et aux Territoires de la Maison Familiale et Rurale (MFR) de Donneville ainsi qu'une très jolie lettre de remerciement.

En effet mardi 28 mars, je suis partie en train direction Toulouse pour intervenir dans cette MFR accompagnée de mon assistant de vie, Vincent. J'avoue que la veille le trajet en train me mettait un peu de mauvaise humeur. Pour deux heures d'intervention, je devais me lever tôt et rentrer tard le soir. La journée s'annonçait longue ! Mais quand on s'est engagé depuis longtemps, on se bouge les fesses et on y va !

Et j'ai bien fait ! J'ai rencontré des élèves et des professeurs très à l'écoute et très intéressés par ce que je leur racontais. Ils avaient lu et étudié l'intrépide Marie Chaussette et préparé des questions. Ce fut deux heures de partages intenses.

Merci pour leur accueil chaleureux. Merci à Vincent qui a assuré, encore une fois, pour l'interprétation de mes paroles.

Je reviendrai avec plaisir dans ce beau lieu. Un château entouré d'un grand parc : que rêver de mieux pour étudier !

Mes deux prochaines interventions autour de Marie Chaussette et du handicap se feront, de nouveau, à l'école Initiatives le 20 avril à Montpellier et à la MFR de Péronnas le 27 avril.

Voir les commentaires

2017-03-22T18:56:28+01:00

Cinéma : Patients

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Une petite critique de cinéma est une première sur le Blog de Marie Chaussette.

Aller, je me lance !

Donc, je suis allée voir Patients, le premier film réalisé par Grand Corps Malade et Mehdi Idir.

Patients est un petit bijoux de réalisme et de sincérité.

Patients met en scène le handicap dans toute sa splendeur et dans toute sa laideur.

Patients est un éventail d'émotions allant de la tristesse, de la colère, de la joie, de l'amour et... à la rage de vivre.

Moi, j'ai rarement vu un film qui met en scène aussi bien le handicap. Je me suis retrouvée dans la personne de Ben, la même volonté de progresser et d'aller au-delà de ses limites corporelles. J'ai adoré le passage où Ben est installé dans son fauteuil électrique pour la première fois, j'ai eu la même réaction que lui. C'était tout simplement génial d'être libre et autonome dans les déplacements. Moi, j'avais 11 ans.

Chapeau bas aux deux réalisateurs et aux acteurs qui ont assuré grave !

Enfin, une anecdote qui va vous faire sourire. Je ne citerai pas le cinéma où je me suis rendue mais la salle où Patients passait n'était pas accessible aux fauteuils roulants. Ca c'est ballot ! Il a fallu encore s'adapter...

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=XUeAg25azU8

Lien : https://www.youtube.com/watch?v=NuxAXG6aQCM

Voir les commentaires

2017-03-14T19:45:00+01:00

Les prémices du printemps

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Mes chères lectrices, 

Mes chers lecteurs,

Comme vous avez pu le constater, je ne fus pas très loquace en ce début d'année 2017. L'écriture est passée au second plan durant cette période hivernale. Il a fait froid. Il a fait triste. Parfois certains évènements de la vie nous détournent de nos passions car toute notre attention est accaparée ailleurs.

Le départ de l'une des héroïnes de l'Intrépide Marie Chaussette, ma mère, a chamboulé mes repères, les repères de la famille et ceux de mon père. Vivre le deuil de sa mère n'est pas une chose facile car nous devons accepter la perte de la personne qui nous a accompagné dès nos premiers cris.

Pour moi, la perte de ma mère n'est pas toujours aisé à gérer même si je sais que la mort a été une libération pour elle.

Aujourd'hui, je dois continuer à vivre sans elle malgré la tristesse qui me submerge souvent. Ma mère n'aurait pas voulu que je me laisse aller, alors je tiens le coup même si parfois je tombe dans les pleurs.

Aujourd'hui, après quatre mois et demi d'absence, ma mère me manque et me manquera toujours même si la douleur de ne plus la voir ni la toucher s'atténuera avec le temps.

Aujourd'hui, mon père a pour compagne Madame Alzheimer qui lui grignote le cerveau.

La Maladie d'Alzheimer est une sale bête indomptable !

Aujourd'hui, mon père se métamorphose sans cesse. Tout d'un coup, il devient une autre personne, un inconnu. Puis l'instant d'après, une pointe d'humour bien à lui me fait dire qu'il est encore là, avec moi. S'adapter à toutes ces métamorphoses est parfois difficile, mais quand j'arrive à lâcher l'image de mon père en bonne santé, je me sens bien avec lui même s'il est souvent ailleurs.

Ces jours-ci, le beau temps est de retour. Que l'hiver fut long et gris ! Les arbres bourgeonnent enfin et certains sont en fleurs. Les prémices du printemps font du bien à l'âme et au corps.
 
J'ai repris l'écriture depuis peu. Mon inspiration est revenue soudainement. Me voilà rassurée ! 
 
A tout bientôt.
 
Marie-Pierre

Voir les commentaires

2017-01-01T19:24:59+01:00

Excellente année 2017 !!!

Publié par Marie-Pierre Blanchet

Chères lectrices,

Chers lecteurs,

Tout le monde veut être en bonne santé.

Tout le monde veut être heureux.

Tout le monde veut aimer et être aimé.

Alors...

Faisons de notre mieux pour que l'année 2017 soit merveilleusement bonne !!!

Excellente année à vous !!!

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog